Brevet de chasse: französische Jagdprüfung

Dolly und Galak nach der Jagd

Ein kleiner Auszug erklärt auch, warum das Geläut so wichtig ist: sonst finden Sie weder Ihre Hunde, noch das Wild

 

Der PBGV ist ursprünglich für die Hetz-Jagd in der Meute auf Kaninchen, Hasen, Fuchs in der Meute gezüchtet.

 

Die meisten unserer Zuchthunde stammen aus diesen Linien und sind mehr oder weniger auch dafür begabt:

 

Dolly möchte sich nicht schmutzig machen, Clark ist das zu viel Rennerei, Simon findet eher kleine frz. Strandvögel interessant und Funny findet, dass Kaninchen Freunde und kein Futter sind. Also wohl eher weniger.

 

 Aber: Galak kann eine Prüfung vorweisen und in der steht, dass sie Kaninchen in der Meute gejagt hat. Naja.

 

 Unsere Lulu ist ein Grand Griffon Vendéen und damit für die Sauenjagd prädestiniert. Seit ihrem 3,5 Monat macht sie "Mantrailing" um diese aussergewöhnlich gute Nase weiter zu arbeiten. Seit wir in Frankreich wohnen, hat sie allerdings für sich die Sauenjagd entdeckt und ist mit Clark erfolgreich.

Jodie und Lozère sind Trüffelhunde, die Cocker absolvieren Jagdprüfungen. Es darf also ruhig abwechslungsreich sein.

 

Sie können also Ihren Hund auch "nicht-jagdlich" auslasten.

 Unsere Hunde dürfen auch rassetypisch  in der Meute jagen oder über den Strand rennen. Getreu dem Motto: La chasse pour le chien d'abord!

Hier wird nur gerannt und nicht gejagt

 

Hier die Originalversion über den Inhalt und Druchführung dieser Prüfungen.

Sie reichen über die

  • Meutejagd ohne Gewehr auf Kaninchen bis zur Meutejagd auf Wildschweine mit Gewehr A-G,
  • dauert 1:30 bis 2 Std,
  • beinhaltet die Beurteilung:
  1. Gut: 100-124 Punkte
  2. Sehr Gut: 125-149 Punkt
  3. Vorzüglich: 150-200 Punkte

Originalversion (frz.) Brevet de chasse

REGLEMENT DES EPREUVES DE CHASSE POUR CHIENS
COURANTS
(Approuvé par le conseil d’administration de la Société Centrale Canine le 09 Octobre 2007)
TITRE I
DISPOSITIONS GENERALES AUX EPREUVES DE CHASSE POUR CHIENS
COURANTS
CHAPITRE I
GENERALITES
ARTICLE 1er : OBJECTIFS
Ces épreuves ont pour but de valoriser, par race, les qualités de chasse des Chiens Courants, de
délivrer des Brevets de Chasse et de mettre ainsi en évidence des reproducteurs pour leurs qualités
d’utilisation.
ARTICLE 2 : CATEGORIES D’EPREUVES
Elles comportent deux catégories :
- 1ere catégorie
Réservée aux Equipages membres de l’Association Française des Equipages de Vènerie (AFEV),
titulaires d’un certificat de vènerie et d’une attestation de meute délivrée par l’autorité administrative
compétente.
· Epreuve A : Chasse à courre du chevreuil, du daim, du cerf et du sanglier
· Epreuve B : Chasse à courre du lapin, du lièvre et du renard.
- 2ème catégorie
Réservée aux meutes de Chiens Courants chassant à tir
· Epreuve C : Chasse à tir du lièvre
· Epreuve D : Chasse à tir du lapin
· Epreuve E : Chasse à tir du chevreuil
· Epreuve F : Chasse à tir du renard
· Epreuve G : Chasse à tir du sanglier
ARTICLE 3 : AGE DES CHIENS
Seuls sont admis à concourir pour le Brevet de Chasse les chiens confirmés :
- âgés de 15 mois à 8 ans dans les épreuves A.B. E.F.G.
- âgés de 12 mois à 8 ans dans les épreuves C.D.
ARTICLE 4 : NOTATION MINIMUM
Les chiens n’ayant pas obtenu le minimum de 100 points nécessaires pour l’obtention d’un brevet ne
seront pas notés mais pourront avoir la possibilité d’obtenir un Test d’Aptitude Naturel (TAN) ou un
Brevet d’Aptitude à la Chasse (BAC), à condition qu’ils ne soient pas déjà titulaires d’un brevet de
chasse.
ARTICLE 5 : CARNET DE TRAVAIL
Chaque chien doit être titulaire d’un carnet de travail. Les carnets doivent être demandés à la Société
Centrale Canine (Service des carnets de travail) suffisamment à l’avance, l’idéal étant de les
demander avant que la saison de chasse soit commencée. Pièce d’identification et de contrôle
officielle, il suit le chien ainsi que le pédigrée à chaque changement de propriétaire. Il ne peut pas être
l’objet d’une transaction séparée. Le changement de propriétaire doit être déclaré à la Société
Centrale Canine. Toute inscription, toute falsification entraînera la disqualification du propriétaire et du
chien. La Société Centrale Canine est fondée à demander le carnet de travail pour vérification chaque
fois qu’elle le juge utile.
Lors de l’engagement du chien dans une épreuve, le matricule du carnet doit être indiqué sur la feuille
d’engagement. A l’arrivée au concours, le carnet de travail doit être présenté au président du jury qui
contrôlera si le chien est bien qualifié pour participer aux épreuves de ce concours.
Pour obtenir le carnet de travail et participer aux épreuves, le propriétaire du chien s’engage :
-à respecter (ou à faire respecter lorsque son chien est confié à un conducteur) les règlements et
notamment à ne pas administrer ou appliquer des substances ou procédés de nature à modifier
artificiellement les capacités de son chien.
-à se soumettre aux injonctions et/ou aux décisions des Juges,
-à ne rien faire qui puisse troubler le déroulement des épreuves,
-à contracter une assurance garantissant son chien des dommages qui pourraient lui être causés par
tout tiers et garantissant tout tiers contre les dommages que son chien pourrait causer, ce dont il
devra pouvoir justifier à chaque concours.
Pour les épreuves à courre, un carnet de travail spécifique est attaché à l’équipage
(voir annexe 5)
ARTICLE 6 : BREVET D’APTITUDE A LA CHASSE -BACIl
sera attribué à un chien chassant un autre animal que celui désigné par l’épreuve, à condition qu’il
n’ait pas eu d’occasion. Le BAC est attribué en fonction du gibier identifié. Il ne peut pas être attribué
dans les épreuves A, B, F, G.
Il permet l’engagement en classe travail mais ne permet pas l’accession à un titre de Champion.
Le BAC donne le TAN par équivalence.
ARTICLE 7. : PALMARES
Dans les quatre semaines suivant l’épreuve, le club organisateur adresse :
- Au responsable désigné par la Commission Chiens Courants :
Le rapport de brevet de chasse (annexe 6) signé par tous les juges.
Le palmarès de l’épreuve informatisé dans le format souhaité par
la commission d’utilisation (annexe3)
- Au président de chaque club de race ayant participé :
Le palmarès de l’épreuve.
Le compte rendu de la chasse de chaque meute (commentaires des juges)
ARTICLE 8 : RECLAMATIONS
Les notes décernées par le jury sont sans appel. Les réclamations concernant le déroulement de la
chasse doivent être adressées par écrit, le jour de l’épreuve, au président de la Commission Chiens
Courants accompagnées d’une caution correspondant au double du montant des engagements d’un
lot ; cette caution restera acquise au club organisateur si la réclamation n’est pas reconnue fondée.
Les autres réclamations peuvent être adressées à tout moment. Toutes les réclamations sont
examinées par la Commission Chiens Courants. Si elles risquent de comporter des suites
disciplinaires, la commission les transmettra à la commission ad hoc de la SCC.
CHAPITRE II
JURY
ARTICLE 9 : COMPOSITION
Le jury est composé au minimum:
Pour les épreuves A et B : de 4 juges dont au moins 2 juges qualifiés
pour les épreuves C : de 3 juges dont au moins 2 juges qualifiés
pour les épreuves D : de 2 juges dont au moins 1 juge qualifié
pour les épreuves E de 4 juges dont au moins 2 juges qualifiés
pour les épreuves F : de 4 juges dont au moins 2 juges qualifiés
pour les épreuves G : de 4 juges dont au moins 2 juges qualifiés
Si le jury comprend un juge formateur, celui-ci présidera le jury de préférence.
Pour toutes les épreuves, les juges peuvent se déplacer par le moyen de locomotion qui leur semble
le mieux adapté et utiliser les moyens de communication de leur choix.
ARTICLE 10 : NOMINATION
La nomination des juges se fait suivant le règlement des juges de la Société Centrale Canine.
Les candidats élèves juges qui souhaitent juger en épreuves de brevets de chasse pour chiens
courants doivent déposer au préalable, par l’intermédiaire de leur Club, une demande de candidature
à la Commission Chiens Courants qui se prononcera après examen du dossier.
ARTICLE 11 : INDEMNITES DE DEPLACEMENT
Le Juge qui officie a droit à une indemnité de déplacement calculée sur la base du coût du kilomètre
fixé par la Société Centrale Canine multiplié par la distance kilométrique (aller/retour, itinéraire le plus
rapide, calculé avec un logiciel adéquat).
ARTICLE 12 : RECEPTION
Le juge, ainsi que la personne qui l’accompagne, a droit à une réception amicale et à un logement
confortable (confort ** minimum) pendant la durée de la manifestation et les deux demi-journées,
veille et lendemain de celle-ci.
CHAPITRE III
ORGANISATION
ARTICLE 13 : ORGANISATION DES EPREUVES
Elles sont organisées par les Clubs de chiens courants affiliés à la Société Centrale Canine avec
l’accord de la Commission Chiens Courants qui en fixe le calendrier officiel tous les ans.
Les demandes d’organisation doivent êtres présentées par les Clubs de chiens courants du 6ème
groupe, à la Commission Chiens Courants, avant le 15 août de chaque année.
Le calendrier sera établi après concertation avec les clubs organisateurs et finalisé lors de la réunion
de la Commission Chiens Courants au début de chaque saison de chasse. Après avoir été approuvé
par le conseil d’administration de la SCC, il sera transmis au ministère de l’écologie, du
développement et de l’aménagement durables, au Directeur de la Protection de la Nature, au
Directeur de l’Office National de la Chasse, à la Société de Vènerie, à la Fédération des Associations
de Chasseurs aux Chiens courants (FACCC), à la Fédération des Chasseurs du département et à
tous les clubs de chiens courants du 6ème groupe concernés par ces épreuves.
Les épreuves sont ouvertes à tous les chiens courants du 6ème groupe inscrits au LOF ou à un Livre
d’Origine d’un pays membre de la FCI. L’aide éventuelle de la Société de Vènerie, de la FACCC, de la
Fédération des Chasseurs et de la Société Canine Régionale pourra être apportée.
Les brevets de chasse A-B-C-D-E-F-G ne peuvent être décernés qu’à l’occasion des épreuves de
chasse figurant au calendrier de la Commission Chiens Courants. Les épreuves de brevets de chasse
A-B peuvent être itinérantes et sont organisées sous couvert d’un Club de chiens courants, mais elles
doivent aussi figurer au calendrier.
ARTICLE 14 : RESPONSABILITES
Les clubs organisateurs doivent souscrire une assurance en responsabilité civile qui couvre bien les
activités « organisateur de manifestation » du club.
ARTICLE 15 : PERIODE DES EPREUVES –
Elles peuvent avoir lieu depuis l’ouverture générale de la chasse jusqu’à la fin du mois de Mars.
ARTICLE 16 : AUTORISATIONS
Pour chaque épreuve, l’accord doit être demandé à la Société Canine Régionale sur le territoire de
laquelle elle se déroule ainsi qu’à la préfecture du département considéré (Direction Départementale
de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF) et Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV).
L’accord des ayants droit du territoire est obligatoire avec, pour les espèces soumises au plan de
chasse, la mise à disposition du jury des bracelets à fixer sur les animaux éventuellement forcés,
prélevés sur le contingent du lot correspondant au lieu du découpler ainsi que le droit de suite.
ARTICLE 17 : TERRAIN
Les épreuves peuvent se dérouler sur tout terrain, mais celui-ci devra remplir les conditions d’un
véritable territoire de chasse. Sa surface doit être également assez importante pour permettre
éventuellement le passage de plusieurs lots, l’organisateur s’efforçant de mettre tous les candidats
dans les meilleures conditions de terrain. Pour les épreuves sur sanglier (catégorie G ) qui se
déroulent en parc, la superficie de celui-ci ne pourra pas être inférieure à trois cents hectares.
Le gibier doit être du gibier naturel. En aucun cas, le gibier ne peut-être lâché avant les épreuves.
CHAPITRE IV
DISCIPLINE
ARTICLE 18 : CHIENS NE CONCOURRANT PAS
La présence de chiens non tenus en laisse et non inscrits à l’épreuve, ainsi que celle de chienne en
oestrus est interdite sur les terrains. Les chiens qui provoquent des dérangements par leurs
aboiements devront être éloignés immédiatement du lieu de l’épreuve.
ARTICLE 19 : SPECTATEURS
Pendant les épreuves, les spectateurs qui suivent en voiture ne doivent pas gêner le bon déroulement
de l’épreuve en laissant passer en priorité les voitures des juges et des organisateurs. Les
spectateurs à pied, en dehors des juges, des commissaires ou des concurrents, ne doivent pas
pénétrer dans les bois et les champs. Il leur est interdit de circuler isolément sur le terrain de
l’épreuve. Ils ne doivent donner aucun renseignement aux concurrents, ni verbalement, ni par des
signaux acoustiques et sonores sous peine de les faire disqualifier sur le champ, sans préjuger des
sanctions qui pourront être appliquées par la SCC.
ARTICLE 20 : MOYENS DE COMMUNICATION
L’emploi par les concurrents de radiotéléphones, de téléphones portables ou tout autre moyen
technique de communication est formellement interdit pendant la durée de l’épreuve. Tout concurrent
qui en fera usage, pour quelque raison que ce soit, sera immédiatement disqualifié sans préjuger des
sanctions qu’il pourra encourir. Le président du jury remettra un rapport détaillé au président de la
Commission Chiens Courants qui transmettra le dossier avec son avis à la commission ad hoc de la
SCC. Seul l’emploi de la pibole est autorisé
CHAPITRE V
ADMINISTRATION DES CONCOURS
ARTICLE 21 : ENGAGEMENTS
Pour être valables, les engagements doivent être rédigés sur une feuille réglementaire (Annexe 2)
avec mention de la date de naissance, du numéro d’inscription des chiens au L.O.F. du numéro
d’identification et du matricule du carnet de travail et doivent être accompagnés du titre de paiement
des droits d’inscription. Les renseignements inscrits sur les feuilles d’engagement doivent être
reportés dans un catalogue qui sera distribué gracieusement aux juges et aux concurrents. Chaque
concurrent doit figurer au catalogue. Tout engagement le jour de l’épreuve est interdit.
La date de naissance, le numéro du LOF et le numéro d’identification seront reportés sur les feuilles
remises au jury (carnet de juge officiel - Annexe 4). Les sujets présentés doivent être engagés sous le
nom de leur propriétaire, mais peuvent être conduits par une autre personne.
Aucune inscription ne sera acceptée après le délai de clôture des engagements fixée par le Club
organisateur. Ce dernier peut refuser les engagements sans avoir à fournir le motif du refus.
Ne sont pas admis les chiens méchants, les chiens atteints de maladie contagieuse, les chiens
appartenant à des personnes disqualifiées ou adhérents à des Sociétés ou Clubs non reconnus par la
Société Centrale Canine.
ARTICLE 22 : PARTICIPATION DE CHAQUE CHIEN AU CONCOURS
Chaque chien ne peut participer qu’à trois épreuves au cours de la même saison non comprises sa
participation au championnat national du Club et/ou à la coupe de France. Le président du jury, ou un
membre du jury désigné par lui, doit vérifier les carnets de travail le matin avant l’épreuve. Il est
interdit d’accepter un chien en concours si le carnet de travail ne peut pas être présenté. Tout chien
qui concourrait plus de trois fois dans la saison (hors championnat national du Club et coupe de
France) entraînerait la disqualification du lot entier, les frais d’engagement restant acquis au Club
organisateur. Les champions de travail ne sont pas autorisés à concourir sauf en championnat
national de leur Club et en coupe de France. Les chiens obtenant un deuxième CACT sont admis à
concourir jusqu’à la fin de la saison, mais ne pourront plus participer par la suite.
Aucun chien concourant pour le brevet de chasse ne peut figurer dans deux lots le même jour ou dans
deux catégories différentes si deux épreuves sont jumelées pour le même concours.
ARTICLE 23 : DROITS D’ENGAGEMENTS PAR LOT
Les droits d’engagement son fixés, chaque année par la Commission Chiens Courant.
ARTICLE 24 : ANNULATION DES EPREUVES
En cas de force majeure, le Club organisateur se réserve le droit de supprimer les épreuves et de
conserver la partie des droits d’engagement couvrant les frais déjà engagés. Il prévient le président de
la Commission Chiens Courants.
ARTICLE 25 : INSCRIPTION AU LIVRE DES ORIGINES FRANCAISES (LOF)
Tous les chiens participants doivent être inscrits au Livre des Origines Françaises (LOF) et confirmés.
Toutefois, dans les épreuves où officie un juge ou expert confirmateur qualifié, les chiens pourront
être confirmés avant l’épreuve au titre de la descendance, le propriétaire devant préparer son dossier
complet avant l’examen de confirmation soit :
- le certificat de naissance
- le certificat de confirmation rempli
- la carte d’identification
ARTICLE 26 : CERTIFICAT d’ APTITUDE AU CHAMPIONNAT DE TRAVAIL (CACT)
Pour obtenir le CACT le chien doit avoir obtenu au moins 160 points. Le chien ayant obtenu deux
CACT sous deux Présidents de jurys différents (dont un jury différent d’au moins la moitié) se verra
délivrer par la SCC le titre de Champion de France de Travail, sur demande de son propriétaire et
sous réserve qu’il ait satisfait par ailleurs aux règles édictées par le club ou l’association de race.
TITRE II
EPREUVES DE CHASSE A TIR
CHAPITRE I
ORGANISATION DES EPREUVES
ARTICLE 27 : COMPOSTION DES LOTS
Nombre de chiens, nombre de conducteurs
Epreuves de 2ème catégorie :
Chasse à tir :
- lièvre à tir - Epreuve C
Chaque lot est composé au minimum de quatre chiens et au maximum de six concourant tous pour le
brevet de chasse. Deux conducteurs sont autorisés
- Lapin à tir – Epreuve D
Chaque lot est composé au minimum de deux chiens et au maximum de quatre concourant tous pour
le brevet de chasse. Deux conducteurs sont autorisés.
- Chevreuil à tir - Epreuve E
Chaque lot est composé au minimum de six chiens et au maximum de huit concourant tous pour le
brevet de chasse. Trois conducteurs sont autorisés.
- Renard à tir – Epreuve F
Chaque lot est composé au minimum de six chiens et au maximum de huit concourant tous pour le
brevet de chasse. Trois conducteurs sont autorisés
- Sanglier à tir – Epreuve G
Chaque lot est composé au minimum de six chiens et au maximum de huit concourant tous pour le
brevet de chasse. Trois conducteurs sont autorisés
- Composition des lots
Dans chaque catégorie d’épreuve, les sujets concourant peuvent être de races différentes et
appartenir à un ou à plusieurs propriétaires qui s’entendent entre eux pour composer un lot de même
pied. En aucun cas, le nombre de chiens par lot ne pourra être supérieur au nombre indiqué cidessus.
Les propriétaires d’un ou deux chiens doivent s’entendre entre eux pour former un lot
constitué d’un nombre de chiens conforme au règlement. Les lots peuvent être constitués du nombre
minimum de chiens autorisés par le règlement
- Chiens remplaçants
Les chiennes en oestrus et les chiens blessés peuvent être remplacés dans un lot le jour de l’épreuve,
à condition que les remplaçants figurent sur la feuille d’inscription. Leur nombre est limité à la moitié
du nombre de titulaires. Après le tirage au sort, seuls les chiens blessés pourront être remplacés.
ARTICLE 28 : BREVETS DE CHASSE
Dans toutes ces épreuves, le brevet de chasse BON – TRES BON – EXCELLENT peut-être délivré,
suivant une échelle indicative (annexe 1) cotée, pour chaque épreuve, de 0 à 200 points.
- 100 à 124 : qualificatif BON
- 125 à 149 : qualificatif TRES BON
- 150 à 200 : qualificatif EXCELLENT
- Pour les épreuves « G » qui se déroulent en parc, la note maximum qui peut-être attribuée est
de 140 points.
ARTICLE 29 : CONDUCTEURS
Pendant l’épreuve, les conducteurs doivent se déplacer uniquement à pied. Si un chien s’est éloigné
de la meute, les conducteurs sont autorisés à aller le récupérer et à le ramener à pied, en laisse ou
non, pour le remettre en meute. Tout chien mis dans un véhicule sans l’accord du jury sera éliminé.
CHAPITRE II
DEROULEMENT DES EPREUVES
ARTICLE 30 : TEMPS ALLOUE
Chaque meute ou lot examiné par les juges dispose, à partir du découpler de :
Epreuve C : 1 heure 30 minutes maximum
Epreuve D : 1 heure maximum
Epreuve E : 2 heures maximum
Epreuve F : 2 heures maximum
Epreuve G : 2 heures maximum
Le temps passé à la vérification de l’identification des chiens et à la notation du type n’est pas
compté dans le temps de l’épreuve. Au début de chaque épreuve, le président du jury indiquera
aux concurrents le temps dont ils disposent à partir du découpler.
ARTICLE 31 : BRASSARDS
Les organisateurs doivent fournir des brassards : de couleur jaune aux juges, de couleur rouge aux
conducteurs des lots.
ARTICLE 32 : COLLIERS
32-1 Les chiens concourant pour le brevet de chasse doivent porter obligatoirement des colliers
d’identification de couleurs différentes, très visibles, fournis par les organisateurs.
Seules sont admises les couleurs figurant sur les feuilles d’engagement (annexe 2)
32-2 L’emploi de colliers de dressage n’est pas autorisé.
32-3 L’emploi de colliers de repérage est autorisé pour faciliter la reprise des chiens après l’épreuve,
particulièrement dans les zones au relief accidenté. Cependant, après s’être assuré que lesdits
colliers ne sont pas conçus techniquement pour assurer aussi la fonction de collier de dressage, le
président du jury se fera remettre la console réceptrice. Celle-ci sera restituée aux concurrents à la fin
de l’épreuve.
ARTICLE 33 : ORDRE DE PASSAGE DES LOTS ET ATTRIBUTION DES TERRITOIRES
L’ordre de passage des lots dans la journée et le territoire où chaque lot doit découpler sont
déterminés par un tirage au sort unique qui est effectué sous la responsabilité du président du jury et
lui seul. Les concurrents sont appelés par ordre alphabétique. Le numéro tiré par le concurrent
détermine à la fois l’ordre de passage et le numéro du territoire où le découpler doit avoir lieu. En
aucun cas, un organisateur doit effectuer le tirage au sort.
Chaque territoire où doivent découpler les concurrents doit être repéré par un numéro sur une carte
IGN ou sur un tableau faisant figurer le nom du lieu-dit et le n° du territoire. Sur le terrain, chaqu e
endroit où doit avoir lieu le découpler est repéré par une pancarte où figure le n° correspondant à ce lui
qui figure sur la carte IGN ou le tableau. L’heure de l’appel des concurrents est fixée par les
organisateurs. Si un concurrent, ou son représentant, est absent lors de l’appel et ne peut pas
participer au tirage au sort des lots pour la journée, il devra se mettre à la disposition du jury qui
décidera de l’heure de passage du lot. Le tirage au sort n’est qu’une indication de passage et un
propriétaire ne peut arguer de celui-ci pour refuser de se mettre à la disposition du jury.
ARTICLE 34 : MODIFICATION DE L’ORDRE DE PASSAGE DES LOTS
Le Club organisateur se réserve le droit, pour tenir compte de la longueur des déplacements des
concurrents, de modifier le passage des lots en accord avec les propriétaires.
ARTICLE 35 : MISE A DISPOSITION DU JURY
Sur le terrain, les lots doivent se tenir constamment à la disposition du jury. Les concurrents doivent
préparer leurs chiens pendant le passage du lot précédent afin de ne pas provoquer de retard dans
l’organisation.
ARTICLE 36: NOTATION DE LA PRESTATION
Les chiens doivent être examinés en fonction du standard de travail de la race ou du style inhérent à
la race et récompensés en fonction de leur prestation du jour. La notation se fait à l’aide de l’échelle
des points en vigueur (annexe 1)
ARTICLE 37: ARRET DE L’EPREUVE EN COURS
A tout moment les juges peuvent demander aux propriétaires de retirer un ou plusieurs chiens sans
préjuger du nombre de points attribués.
En cas de passage de la chasse sur un territoire non autorisé ou en cas de danger notoire (proximité
d’une route, voie ferrée, etc…) ou pour toute autre raison, le président du jury peut, à tout moment,
décider d’arrêter l’épreuve. En cas de changement de terrain, le temps sera neutralisé pendant le
déplacement et le décompte reprendra au découpler. Le président du jury peut décider d’interrompre
définitivement l’épreuve. Dans ce cas, les chiens seront notés pour la prestation effectuée pendant le
Temps écoulé du découpler jusqu’à l’arrêt de la chasse sans qu’aucune réclamation ne soit possible
de la part des concurrents.
ARTICLE 38: FIN DE L’EPREUVE
Lorsque les juges ont annoncé la fin de l’épreuve, le plus souvent à l’aide d’une pibolle, le lot doit être
repris le plus rapidement possible afin de ne pas gêner le lot suivant. L’organisateur devra prévoir les
moyens nécessaires pour récupérer les juges, les conducteurs et les chiens sur le lieu où s’est
terminée l’épreuve.
TITRE III
EPREUVES DE CHASSE A COURRE
CHAPITRE I
ORGANISATION
ARTICLE 39 : PERIODE DES EPREUVES
Pendant la saison de chasse à courre qui commence le 15 septembre et s’achève le 31 mars.
Le calendrier des épreuves de chasse à courre sera arrêté avant le 15 août de chaque année et transmis
par les clubs de chiens courants :
A la Commission Chiens Courants de la SCC pour approbation lors de sa réunion au début de
chaque saison de chasse. Ce calendrier sera intégré dans le calendrier de l’ensemble des
épreuves de chasse pour chiens courants
A la Société de Vènerie
CHAPITRE II
ENGAGEMENTS
ARTICLE 40 : ADMISSION DES CHIENS
Les épreuves de Chasse à Courre sont ouvertes aux Equipages membres de l’AFEV dont les chiens,
admis à concourir, sont inscrits au LOF.
Toutefois, pour les épreuves où officie un juge ou expert confirmateur qualifié, les chiens non inscrits
au LOF doivent, avant l’épreuve, satisfaire à l’examen d’inscription à TITRE INITIAL. Le Maître
d’Equipage présente un dossier comprenant :
· la carte de tatouage
· le livre d’élevage du chenil
· l’imprimé de demande d’inscription à TI avec mention des ascendants en conformité avec le livre
d’élevage.
Le président du jury transmet les demandes d’inscription à Titre Initial au président du club de la race
concernée qui donne son avis et les envoie à la SCC.
Pour être valables, les engagements doivent être rédigés sur une feuille réglementaire (annexe 2)
ARTICLE41 : AGE DES CHIENS
Les chiens concourant seront âgés de 15 mois à 8 ans. Il n’y a pas de limite d’âge pour les autres chiens
participant à la chasse.
ARTICLE 42 : MONTANT DES ENGAGEMENTS
Il est fixé annuellement par la Commission Chiens Courants de la SCC. Il est acquitté par le maître
d’équipage. Toutefois, il peut être pris en charge par l’ AFEV et/ou la Société de Vènerie ou le Club de
race pour les participants à jour de leurs cotisations.
CHAPITRE III
JUGEMENTS
ARTICLE 43 : CRITERES DE JUGEMENTS
Chaque chien est jugé conformément au standard de travail de sa race ou du style inhérent à sa race en
respectant les critères de qualité et d’aptitude d’une meute créancée sur l’animal de l’épreuve dans le
respect des règles de l’art de la vènerie.
Dans ces épreuves, chaque chien est jugé en fonction de la durée effective de chasse et des critères de
qualité et d’aptitude ou de défauts consignés (annexe 1)
ARTICLE 44 : QUALIFICATIFS
Dans toutes ces épreuves, le brevet de chasse BON – TRES BON – EXCELLENT peut-être délivré,
suivant une échelle indicative (annexe 1) cotée pour chaque épreuve, de 0 à 200 points.
- 100 à 124 : qualificatif BON
- 125 à 149 : qualificatif TRES BON
- 150 à 200 : qualificatif EXCELLENT
INSUFFISANT : chien qui, le jour de l’épreuve, a chassé un autre animal ou qui n’a pas satisfait aux
critères d’évaluation. Si ce dernier a montré suffisamment de qualités naturelles le certificat TAN
(Test d’Aptitudes Naturelles) est décerné et sera porté sur le carnet de travail. Il ne permet pas
l’inscription en Classe Travail. Le BAC ne peut pas être décerné.
CHAPITRE IV
COMPOSITION DES MEUTES
ARTICLE 45 : NOMBRE DE CHIENS - NOMBRE DE CONDUCTEURS
Les chiens constituant une meute doivent être de même race, ou de races considérées comme similaires.
Un équipage doit découpler un nombre minimum de chiens courants créancés de races spécialisées fixé
par l’arrêté permanent à :
- 30 pour le cerf et le sanglier
- 20 pour le chevreuil et le daim
- 10 pour le renard
- 6 pour le lièvre
- 6 pour le lapin
En conséquence :
· EPREUVE A –
CHEVREUIL et DAIM à courre : Meute composée au minimum de 20 chiens et au maximum de 30 dont
10 concourant servis par au moins 1 homme à cheval et 5 au maximum.
CERF et SANGLIER à courre : Meute composée au minimum de 30 chiens et au maximum de 45 dont 10
concourant servis par au moins 2 hommes à cheval et 5 au maximum
· EPREUVE B
LAPIN : Meute composée au minimum de 6 chiens et au maximum de 10 dont 6 concourant servis par
1 homme à pied, 2 au maximum.
LIEVRE : Meute composée au minimum de 6 chiens et de 20 au maximum dont 6 à 10 concourant
servis par 1 homme à pied ou à cheval et 4 au maximum.
RENARD : Meute composée au minimum de 10 chiens et au maximum de 30 dont 10 concourant
servis par au moins 1 homme à pied ou à cheval et 4 au maximum.
NOTA : pour les épreuves ayant des cavaliers, le maître d’équipage ou l’organisateur aura l’obligation de
fournir les chevaux aux juges qui le souhaitent. Pour les concurrents, la bicyclette (VTT,VTC) peut
remplacer les chevaux.
CHAPITRE V
DEROULEMENT DES EPREUVES
ARTICLE 46 : BRASSARDS
Les organisateurs doivent fournir des brassards : de couleur jaune aux juges, de couleur rouge aux
conducteurs des lots.
ARTICLE 47 : COLLIERS
47-1 Les chiens concourant pour le brevet de chasse doivent porter obligatoirement des colliers
d’identification de couleurs différentes, très visibles, fournis par les organisateurs.
47-2 L’emploi de colliers de dressage n’est pas autorisé.
47-3 En épreuves « A » l’emploi de colliers de repérage est autorisé pour faciliter la reprise des
chiens après l’épreuve, particulièrement dans les zones au relief accidenté. Cependant, après avoir
vérifié lesdits colliers le président du jury se fera remettre la console réceptrice. Celle-ci sera restituée
aux concurrents à la fin de l’épreuve.
ARTICLE 48 : DUREE DES EPREUVES
Chaque meute ou lot examiné par les juges, dispose, temps d’attaque compris de :
Epreuve A : 4 heures maximum
Epreuve B : 3 heures maximum
Le jury peut décider de réduire ce temps.
Le temps passé à la vérification de l’identification ou à l’appréciation du type n’est pas compris dans le
temps de l’épreuve. Pour les épreuves sur renard, si l’animal se terre en cours de chasse, le maître
d’équipage est autorisé à déterrer l’animal.

Shows, Hunting trials

10.,11. nov 2018 Karlsruhe, D, Dog Show

01.-04. dec. Parinargues, Roussillon, F, hunting trial

Druckversion Druckversion | Sitemap Diese Seite weiterempfehlen Diese Seite weiterempfehlen
© Griffon Vendéen du Pech de la Ginestelle